Du français dans le texte

Copy of Post blog #2-14.pngHier, Jérôme Colin me laissait entrer sans frapper dans son émission de radio, tout en me permettant de rester confortablement assise dans ma voiture. France Brel, fille de son célébrissime père, faisait la promotion de deux ouvrages majeurs récemment publiés Jacques Brel – Chanteur et Jacques Brel – Auteur. Elle s’amusait à nous raconter le processus créatif de son père, quand il façonnait ses vers dans son français si particulier, hérité d’un français-flamand. Et Jacques, quand il avait passé sa journée à faire rouler les rimes sous la langue, il avait mal aux mollets. Oui, aux mollets ! L’auteur avait hérité par ses origines flamandes de ce goût de l’effort dans le travail. Alors pour travailler le mot, le mot en mouvement, le mot à chanter sur scène, il écrivait debout. Le mot devait en quelque sorte pouvoir coller à son corps. Je trouve ça tout simplement fascinant. Je crois que si je pouvais avoir une autre vie, j’aimerais écrire des textes de chansons. Et ne me dites pas : « vas-y, Laura ! Lance-toi ! » car je vous répondrais que j’ai déjà une liste de métiers longue comme le bras à explorer… pour une seule vie. Lire la suite

Publicités

Bref… je suis bilingue

donotracuspote plicplocOh le titre trompeur ! MENSONGE !!! Remboursé !!! C’est pour attirer du chaland ça madame ?! Hein ! #cestmoche.

Ce matin, en route pour mon examen de Néerlandais, je ne me suis pas dit : « Roh Fuck il pleut ! » comme j’aurais pu le faire encore il y a une semaine. Non. Je me suis dit « Roh Fuck… Het regent (la même chose mais en flamand). Si.

On s’en fiche ? Peut-être… Mais laissez-moi continuer et tenter de vous convaincre de ma bonne foi. Lire la suite

L’instant musical #1 en mots et en vidéos

Non… Je ne me résous pas à débuter cette rubrique musicale ♩ ♬ ♭ ♪ ♫ ♮sans vous faire part d’une pensée réflexion que j’ai eue il y a quelques jours quand je suis allée voir le concert de Fauve aux Fêtes de la Francophonie à Namur.

Fauve ? Vous connaissez sûrement. Fauve, c’est un collectif pas vraiment comme les autres avec pour ambition de ne surtout pas rentrer dans une case.  Des mots aiguisés avec finesse, une musique entêtante et enivrante. Fauve, ce n’est ni du rap, ni du slam, ni de la pop : c’est un nouveau genre, le genre vraiment nouveau pour moi (qui aime la pop, le rock et la folk). Les mots aux secours des maux balancés à la figure du monde avec frénésie. Un trop plein d’énergie teinté de colère, de rage et d’espoir, des textes parfois crus, mais tellement réels, où chacun d’entre nous pourra s’identifier. Fauve c’est torturé et ça fonctionne, c’est la jeunesse d’aujourd’hui sans demie mesure (quoi j’ai presque 2×20 ans ?!), sans délicatesse mais traduisant un mal être. Sur fond de guitare, percussions, basse et clavier, les mots débités à toute allure glisse avec une aisance presque indescriptible. Bref, grosse fan ! Lire la suite