Brève de métro #4

do not racuspote

Loi de Murphy

19h17 / RER D Gare de Lyon. 40 minutes pour arriver Gare du Nord. Il me restera ensuite 15 minutes de rab’ pour rejoindre le quai du train. Je suis large. Un RER passe, il est plein. Je prendrai le suivant. Un second le talonne. Plein lui aussi. Le troisième je le prends, quitte à jouer des coudes. Bien rempli mais jouable. Je monte d’un pas décidé. Merde ! Je suis dans le mauvais sens.

Je sors à la première station. Il me reste 25 minutes et mon quart d’heure de marge. Toujours 40 minutes, finalement ! #LartDeRetomberSurSesPattes Pas une minute à perdre. Faut pas que le RER s’arrête, faut pas que le RER s’arrête, faut pas que le RER s’arrête. Il s’arrête. Est-ce que l’Univers m’a entendu et a voulu me donner une leçon pour m’apprendre à mieux gérer mon temps ? Pas besoin d’attendre la réponse : le RER repart. Je ressors à Gare de Lyon, tente une course dans l’escalator bondé. Mes sacs ricochent sur les gens de la file de droite. Je dis pardon, désolée, sorry. J’arrive sur le bon quai. 19h42. Je viens de vivre une faille spatio-temporelle de 25 minutes. Ce quai-ci est désert comparé au précédent. A croire que personne ne veut aller au nord. Je me trouve un endroit pour nous adosser mes sacs et moi. Mon oreille frétille, cherche à capter plus clairement la mélodie qui sort du haut-parleur qui me surplombe. Les paroles sont difficilement audibles pourtant je sais que je vais adorer ce titre. On dirait du Neil Young. Je pourrais Shazam-er le tout. C’est sans compter ma loose actuelle pour tout ce qui est technologique. Mon Samsung a l’écran LCD qui fuit. Le diagnostic est sans appel : opération à écran ouvert nécessaire. Comme solution palliative, j’ai transvasé son cœur dual core dans mon « « « vieil » » » Iphone. Question : l’âge d’une smartphone se compte-t’il en année de chien ? J’ai donc un téléphone, Internet et quelques applis commises d’office. Rien de fou. Et surtout pas Shazam.

On me prévient que le RER arrive dans 2 minutes. Je NE peux pas le louper pourtant quelque chose se joue de capital. Je dois emmener avec moi cette musique. Je pourrais demander à mon voisin s’il a dans sa poche l’appli. Je n’ose pas. Il lit. Pas envie de l’emmerder avec mes histoires. Prochain RER dans 1 minute. Putain on faisait comment avant Shazam. Me revient cette pub très drôle de la Fnac, qu’on ne voyait qu’au cinéma au début à la fin « du siècle dernier ».

Mais pour pouvoir la siffloter à l’oreille d’un vendeur, encore faut-il que je la retienne. Parfois les idées les plus simples sont les meilleures. Je sors mon GSM. J’ouvre la vidéo. Je le tends vers le ciel de néons. Et je filme mon quai quasi désert bercé d’une musique délicieuse. Je sens que mon voisin me regarde capturer l’instant. J’espère l’avoir fait marrer intérieurement.

L’homme de la situation

19h51- Gare du Nord. Je pars dans la mauvaise direction pour rejoindre les grandes lignes. Décidément. Je maudis mon absence de sens de l’orientation. Il ne me reste que 5 minutes pour rejoindre mon IZY avant qu’il ne change de cap de capitale. Paris, tu paries Paris que je te quitte.  Pas si sûre. Pas envie de payer le prix d’un lingot un autre billet. A marcher aussi vite, mes tibias me font mal.

J’arrive dans l’espace gare, mon train est encore là. Vite, vite il part dans 30 secondes me dit l’agent au début du quai. Vous devez encore passer la sécurité ! Ah oui, les contrôles. J’avais oublié. Pourtant ce n’est pas faute de connaître le traitement que réserve la France aux pauvres belges qui veulent rentrer chez eux. Nous sommes passés au crible de peur que l’on ramène trop de Tours Eiffel en toc dans nos bagages. Parfois, cette sur-sécurisation m’oppresse. Bref. Je pose mes sacs sur le tapis. Bip bip Bip. « C’est bon, vous pouvez y aller ! » Chiotte ! J’ai pas mon billet dans mon Iphone.

– Bonsoir Monsieur, vous est-il possible de trouver mon billet et ma place avec mon numéro de réservation ? Je n’ai pas mon billet dans mon téléphone. Je dois l’avoir en pdf dans mon ordi si vous voulez. Mais ça va prendre 2 minutes le temps de tout ouvrir.

– A cette heure ? C’est trop tard mademoiselle (flatteur, va !). Vous savez que vous devez vous présenter 30 minutes avant le départ ? 30 minutes !

– Parce qu’il décolle en plus ? (Lui ne rit pas).

– Allez voir mon collègue. (Note pour plus tard : il y a toujours un collègue plus sympa un peu plus loin !)

– Bonsoir, désolée je n’ai que mon numéro de résa, mon billet est sur mon ordi mais je ne pense pas avoir le temps de le chercher si le train part dans 30 secondes.

– Ne vous en faites pas. Si je suis là. Il ne partira pas sans moi. #LHommeDeLaSituation

– Vous êtes voiture 3 / place 65.

– Mais quelle efficacité ! Merci ! (Je lui offre un grand sourire)

– Toujours là pour sauver les retardataires en détresse #SauveurDeLHumanité

Quand ça ne veut pas

20h01 – Gare du Nord / Train IZY. Je m’assois. Cool je suis en première. Les sièges sont larges et appellent au repos du juste à temps. Pourtant trotte dans ma tête cette musique. Je sors mon mac. J’ouvre le programme Première. Je télécharge la vidéo. Je sors de mon sac mon casque que j’enfonce sur mes oreilles. Merde ! Le son de ma vidéo est vraiment pourri. Ma voisine, qui semble elle aussi être « de la partie » (je dirais une étudiante en audiovisuel), doit se demander pourquoi j’ai filmé 40 secondes d’un plafond de quai de RER. Je l’écoute une fois en essayant d’atténuer les grésillements et le bruit ambiant. C’est mieux mais pas assez pour l’appli Shazam qui est sur mon ordi ! Pourquoi n’ai-je pas sorti mon ordi sur le quai !!! Je m’en veux de ne pas y avoir pensé !

Je connecte ma 4G. Je me dis que si j’arrive à identifier quelques phrases de la mélodie, Google me viendra en aide… « Caution… Never tells… to the world… ». Ça ne dit rien à Google… Ah oui « She never tells what she knows to the world » ? Je tente. Pas mieux… Je pense me l’être passée en boucle pendant 1 heure. Concentré sur chaque son, mot, syllabe. A tester mes trouvailles sur le plus gros moteur de recherche du monde. Rien n’y fait. Pendant ce temps-là à côté de moi se joue l’histoire du monde. Ma jeune voisine monte sur son logiciel vidéo une timelaps de l’histoire de l’humanité à partir de courts extraits de films. Depuis le Big Bang jusqu’à notre ère de la surconsommation. Elle est douée. Je pourrais lui dire. Je ne le fais pas. Je repars dans mes recherches. La connexion Internet est mauvaise. J’ouvre Word et je commence à écrire cette brève.

 

Joe Le Taxi

22h02 – Gare du Midi / Bruxelles. Le métro ou un taxi… Il pleut. Je suis HS. La flemme me pousse vers un taxi, pourtant quelque chose me dit que j’aurais peut-être des aventures à ajouter à ma brève si je prends le métro. Tant pis.

Personne dans le file des taxis. Une voiture s’approche, je vais dans sa direction. Elle me dépasse. Je la regarde partir. Une seconde s’approche de moi, le chauffeur me fait signe de monter.

– Vous vouliez lui courir après ?, dit le chauffeur en rigolant. Je ris.

Son taxi sent bon un parfum d’intérieur pas trop capiteux. La chaleur est douce.

– Vous allez où ?

– A Woluwé-Saint-Lambert.

– C’est parti.

Je le regarde pianoter sur son Iphone dernier cri. Il a 60 ans et 40 applis de plus que moi. Il se met Youtube. Un concert symphonique, selon les images que renvoie l’écran. Un cordon blanc part du téléphone et doit finir sa course dans son oreille car je n’entends pas de musique. Je me dis que finalement que c’est une bonne idée d’utiliser Youtube pour faire s’enchaîner des titres d’un artiste ou d’un genre musical. au milieu de l’écran et des violons surgit la tête de Michel Sardou. Déçue. Ah nan ! Pas un concert symphonique de Michel Sardou !! Je repense à ma musique du RER D. J’ai peut-être eu un coup de cœur musical pour un artiste qui est sûrement le Michel Sardou de quelqu’un.  #TousLeConDuAutre Le chauffeur a vu que je regardais son écran. Il re-pianote et met TomTom à la place. Il est 22h30 et ça bouchonne.

Sous le premier tunnel après Belliard, il me dit :

– C’est dingue que l’on ait pu mettre le monde dans un aussi petit appareil. Plus besoin de réfléchir. Plus besoin de retenir. Tout est là. On surconsomme de l’information. Y’en a partout, tout le temps. On ne sait plus ce que l’on regarde finalement. Ca ne va pas !

– C’est vrai. Dans votre métier, vous avez dû gagner du temps avec les nouvelles applications, les cartes. Impossible de se perdre.

– Avant si on nous demandait de sortir de la ville, personne n’y allait. C’était trop risqué. On se perdait. On arrivait trop tard. On perdait la course. (Je ne reconnais pas son accent. Il roule « R »)

– C’était trop de souci de sortir de la ville. Maintenant on va où vous voulez. On connaît les routes, les embouteillages, les nids de poule, les flics, les radars… y’a plus de surprise !

– C’est vrai. On n’est plus surpris de rien. J’ai étendu récemment que des études en neurosciences démontrent que nous avons une attention qui a diminué de 30% en quelques années à cause des nouveaux médias. C’est dingue ! 30%. On est devenus des êtres dépourvus de concentration. On zappe toutes les 5 minutes.

– 5 minutes ! Vous rigolez ! Je tape une recherche sur Youtube. Quelque chose qui m’intéresse vraiment. Je vois une première vidéo qui finalement m’emmènera à 20 autres. Si le soir je me demande ce que je cherchais au démarrage, impossible de m’en souvenir. C’est consternant.

– Avec l’Intelligence Artificielle qui débarque va falloir que l’on garde notre esprit critique !

– Mais est-ce qu’on en a encore ?

– Est-ce que se poser la question ce n’est pas déjà en avoir, lui dis-je. Et puis il faut avoir confiance en l’éducation.

– L’école, l’école… on formate des moutons.

– Huuuummmm non je ne suis pas d’accord. Il faut avoir confiance en l’éducation nationale et apporter en plus son propre regard de parents. C’est aussi à nous de faire le boulot.

– Mais c’est comme cette Alvarez… la française lààà… vous connaissez ?

– Céline Alvarez ! Je la connais, elle est venue plusieurs fois sur Bruxelles, mais je ne suis jamais allée l’entendre.

– Elle est fantastique cette fille, pourquoi on n’apprend pas comme ça à nos enfants !

– J’ai lu récemment une étude sur son travail dans une revue pour enseignants (coucou Béné !!). Cette étude montre que ses découvertes ne sont pas nouvelles, et pas toutes d’elles. Elle a également reçu des subsides pour acheter des modules Montessori très chers (10 000 euros) et a bénéficié d’un renfort d’encadrement. Cette expérimentation est donc difficilement reproductible en l’état. Pour autant ses résultats sont formidables.

– Ah je ne savais pas ! C’est dommage ça a l’air bien ce qu’elle propose.

– Mais c’est bien ! J’habite ici ! Vous prenez la Bancontact ?

– Oui, 20, 20 euros svp !

Il me tend le boîtier où il a inscrit 20020,20 euros.

– Vous voulez acheter 2 modules Montessori ou une nouvelle voiture ?

– Hein ?

– Je ne pense pas que ma carte passe, là !

– Hahahah ! Désolée ! Je vais me souvenir de vous !

– Moi aussi !

Home sweet Homme

22h50 – A la maison. Je mets immédiatement Nicolas sur le coup. Je lui fais écouter les paroles. Impossible d’aller me coucher sans savoir de qui est cette chanson. Finalement, Shazam se met en marche. Je trouve. On écoute. Mais ce n’est pas si bien.  Une chanson Folk sans grande surprise musicale. Est-ce parce que je l’ai écoutée 1000 fois ? A vous de me le dire !

Plus de brèves :

#LOVEsurVOUS

Laura cuspote

Publicités

21 réflexions sur “Brève de métro #4

  1. Iris dentresangle dit :

    J’adore !!! Merci pour ce joli récit de cette journée riche en émotions ! Finalement tu as eu quelques mésaventure parsemées de chance! Comme la bienveillance du contrôleur ! C’est plutôt rare!
    Belle soirée

    Aimé par 1 personne

  2. La Siphonnée dit :

    Encore une brève qui fait du bien à lire, pleine de vrai, de cocasserie et de poésie ! ❤️
    Joli clin d’œil à Camille, je n’en attendais pas moins de toi 😉 (crois-moi si tu veux mais j’écoutais « Le sac des filles » pas plus tard que ce midi entre mes deux boulots #JoieDavoirRetrouverUneVoitureDotéeDunLecteurCD 😂)

    Aimé par 1 personne

    • donotracuspote dit :

      Merci anne-So ! 2 boulots !!! Mais quelle vie !!! C’est « Allez, allez ! » de Camille qu’il faut que tu te mettes pour garder le rythme ! Rapport aux CD dans la voiture… comme je n’en avais plus du tout rapport à la dématérialisation forcée par mes 2 ans de voyages… j’ai demandé sur FB à mes potes QUI ne voulait plus des siens. J’en ai récupéré une bonne dizaine, surtout de musique française (qui me fait cruellement défaut dans ma radio belge). Plaisir retrouvé de glisser le CD dans le mange disque ! Bisous

      Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s