L’importance du titre

5.jpg

Le blogueur le sait : le titre, c’est fondamental pour donner au lecteur l’envie de lire.  Ca doit intriguer, ça doit donner le ton, ça doit donner à voir sans tout révéler… Mais ça doit surtout en imposer. En quelques mots, c’est une histoire que l’on résume… comme on pourrait résumer une carrière…

Depuis une semaine, je suis revenue en terre adolescente. J’ai posé ma famille et mes valises près de Lyon. L’occasion de revoir les copains, de se lever un peu plus tard (car papy prend le relais), mais aussi de respirer ces odeurs familières qui n’appartiennent qu’au passé : le placard à linge, le vieux secrétaire en bois, cette si jolie théière à pois…

Mirror-Don-Mateo-Big-Ben-Lyon-1er

L’occasion de revoir les copains, donc. De refaire le point sur nos vies personnelles. Sur nos années d’amitié aussi, sur le temps qui passe trop vite… Sur les enfants, bien-sûr… S’assurer qu’ils sont bien dans leurs baskets ! #NikeAir

Puis au cours de la soirée, quand on rentre dans le ventre mou de la conversation, après avoir passé en revue l’actu des autres potes, les mariages, les naissances, les déménagements, les événements de Bruxelles, la terreur ambiante, le monde que l’on va laisser derrière nous… A ce moment-là la conversation bifurque sur nos occupations du quotidien. Le « Tu fais quoi au juste toi en ce moment ? ». Bien que je n’ai honte d’aucun de mes choix, j’ai cependant du mal à tenir la comparaison face aux titres à rallonge que l’on déroule devant moi : directeur/trice, associé(e), chef(e) d’entreprise…

Kesa-Croix-rousse-21.jpg

Et depuis cette dernière année, depuis que j’ai quitté le salariat, je suis devenue championne dans l’art de détourner ce sujet. Très souvent on me parle de ce blog, et comme la démarche est assez marginale autour de moi, ça intrigue beaucoup. Certains pensent même que j’en vis. La vérité c’est que j’envie ceux qui en vivent. Après avoir expliqué ce que Do Not Racuspote signifie, après avoir expliqué quand… et pourquoi je fais ça… Au lieu d’enchaîner sur mon projet professionnel, celui qui me tient à coeur… Je prends la poudre d’escampette et je demande des nouvelles de la femme de ce pote, tu saiiiiiiiis infirmière !… mais un brin nymphomane !? #Nymphirmière

Et croyez-moi, de là, impossible de faire machine arrière ! #Gotcha

Lyon street art

Alors certes, ma vie professionnelle n’a pas les allures de celle que j’imaginais à 20 ans. Elle n’en a pas l’allure car à cette époque je n’imaginais pas tout ce qu’allait être capable de faire seule, ou accompagnée. Mais il est certain qu’au niveau du titre… l’écart se creuse avec tous ceux qui sont restés dans la trajectoire de départ.

Mais après tout ? Le titre n’est-il pas un habit que l’on enfile ? Je vous parlais la dernière fois d’uniforme ? En écrivant ces mots, j’en viens à me demander si finalement cet uniforme que je veux me coudre sur-mesure n’est pas pour compenser un peu ce minuscule titre que je traîne derrière moi…

Croix-rousse-3.jpg

Et bien vous savez quoi ? Appelez-moi comme vous le voulez ! Je suis « maman », je suis « fille », je suis « presque mais pas complètement belle-fille », je suis « compagne », je suis « amie », je suis « copine », je suis « marraine », je suis « volleyeuse du dimanche », je suis « bricoleuse », je suis « blogueuse », je suis « créative », je suis « chiante » , je suis « tête en l’air », je suis « en retard », je suis « à la recherche d’un poste », je suis « étudiante en néerlandais », je suis « freelance en comm’ digitale avec une solide expérience», je suis encore dans la trentaine (#ProfiteCaVaPasDurer)…

Bref… Je suis #MOI. Pas plus… mais pas moins non plus !

Allez… Demain je commence à m’accepter comme je suis.

#LOVEsurVOUS

Jolies photos par Lyon Street Focus trouvées ici

Publicités

19 réflexions sur “L’importance du titre

    • donotracuspote dit :

      Je suis touchée ! J’ai l’impression qu’il est universel ce sujet ! Il y aura toujours des gens « plus… », on le sait, on l’accepte… mais des fois la sensation de se sentir toute petite nous rattrape quand même…
      Merci d’être venue par ici !! 😀

      J'aime

  1. Alex dit :

    Joli l’ambivalence du titre 😉

    C’est vrai qu’on est beaucoup à voir connu cette situation : outre le fait d’user de mille ruses pour y répondre, y a aussi la patience façon « Maitre Zen » à adopter quand les personnes comprennent pas que tu trouves pas et te donnent plein d’astuces (alors qu’ils n’ont jamais connu cette situation) et induisent de fait que tu t’y prends forcément mal 😀

    Bref, y a pas que les titres dans la vie, y a aussi les sous titres !!!! #checklamoralefaçonjeudemots

    🙂

    Aimé par 1 personne

  2. My sweet cactus dit :

    C’est pas toujours facile de dire qu’on est blogueuses, il y a tellement de préjugés… Le pire c’est quand j’entends « quoi, tu as reçu ce produit gratuitement pour le detester ?! Elle est cool la vie hein, moi aussi je devrais être blogueuse ! ». Comme si je me tournais les pouces et que je ne passais pas 5 heures par jour à bosser sur ce blog (sans compter les heures le week-end haha). Et toi, Laura, tu es #géniale !

    Léa-Marie de http://www.mysweetcactus.com

    Aimé par 1 personne

    • donotracuspote dit :

      Trop gentil Léa-Marie ! Attends, pour arriver à créer des partenariats et se voir proposer des produits, c’est pas blogueuse qu’il faut être : c’est SUPER blogueuse ! Et seuls ceux qui se collent 4 heures pour écrire un billet, joliment l’illustrer pour les plus douée puis le référencer le savent : « mais qu’est-ce que c’est chronophage cette passion, bordel (si, si… ça le méritait !). Il faudrait rajouter une catégorie à nos blogs, qu’on appellerait : « ce qu’en pensent nos mecs… » ! Tiens… ça me donne une idée de billet ! Et toi de dessin ? Bisous et merci d’être passée par là !!!

      J'aime

  3. Fatiha dit :

    C’est tellement juste ce que tu écris , dès que l’on a eu un parcours atypique , pas dans la trjectoure classique , on nous fait nous sentir  » pas dans la norme « ! Je suis sûre que c’est de l’envie , devant cette prise de risque qu’ils n’ont peut être pas eu . Love sur toi aussi flamingo

    Aimé par 1 personne

  4. Andrea Monguilod dit :

    Ahhhh la pression des titres. Tous mes amis sont actuellement « consultants » ce qui veut dire qu’ils gagnent beaucoup d’argent, on passe sous silence les heures de fou qu’ils font et le fait que la plupart d’entre eux n’aiment pas leur job. Ils sont consultants et ça en jette. Moi à côté de ça, je me sens un peu minable de juste vouloir être bien dans ma vie, de dire que je suis « que » agente de communication dans une petite boîte. C’est nettement sexy, je ne devrai pas en avoir honte, j’ai choisi de ne pas aller en consultation mais parfois, je succombe à la pression et je me sens toute petite. Cependant, je vois leurs cernes et je me dis que je préfère construire ma vie d’une autre manière 😉

    Aimé par 1 personne

    • donotracuspote dit :

      Hello Andréa ! Merci de passer ici !!!! Je crois que ça mène à ça… les parcours en zigzag… ça nous donne l’occasion de nous reposer la bonne question : pas « qu’est ce que je veux faire dans la vie ? » mais « qu’est-ce que je veux faire de MA vie ? ». Cette question je me la pose tous les jours, elle me dérange autant qu’elle me fait du bien. Elle dérange ma zone de confort… mais quand je pense tenir une réponse, elle m’aide à dérouler le fil pour y arriver. Des fois ça marche bien… et d’autres fois… Mes choix se heurtent à ceux des autres… Allez, la seule voie à suivre : c’est la nôtre ! Bisous et see you sur Slack !! ;D

      J'aime

  5. Sweet Judas dit :

    Roh, le titre à moitié putaclic… Je m’attendais à du dézinguage de conseils blogging du dimanche, je tombe sur une bien jolie réflexion à propos de ta vie 🙂
    C’était chouette à lire, je comprends l’envie de fuir très loin dès lors qu’on évoque des « activités de blogueuse »… Je crois que j’avais moins de mal à prononcer ce mot dans mon adolescence, à l’époque bariolée des skyblogs à paillettes. Mais bon, maintenant, on appelle ça des « influencers » (à prononcer avec l’accent anglais) alors ça en jette carrément plus quoi. Du genre « Ah ouais, t’es directeur financier ? Quel job’ de naze, moi j’suis inflouensseuuuuze? MANGE TES DENTS ».

    Bon courage pour la prochaine discussion 🙂

    P.S. : Et nous sommes voisines de département (représente Rhône-Alpes insaïïïïde).
    P.S. 2 : J’aime bien les directeurs financiers en vrai, chuis sûre que ce sont des gens formidables, toussa toussa.

    Aimé par 1 personne

    • donotracuspote dit :

      J’avoue pour le « putaclic » ! C’est un peu comme dans Top Chef ! J’ai fait le « twist » ! hihihi ! Ecoute, moi-même je fais partie de la Fédération des Directeurs Financiers Anonymes… et je suis entourée de mecs trèèèèès sympas ! Y’a Jean-Louis de la compta par exemple, il est champion de karaoké à ses heures ! Faut pas croire… l’habit ne fait pas le moine… et le titre non plus ! Après, moi qui blogue depuis 6 mois… Les gens me captent tout de suite tellement je ne suis pas crédible en « inflouensseuuuuze » ! En plus y’a que les belges qui comprennent le nom de mon blog… et encore ! Toi, ça claque plus : « Call me Judas… Sweet Judas ! » #BlazeQuiPète ! hihihi T’es du 69 !?

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s