Plutôt muguet ou casquette ?

Il est 22h45, le soleil a décidé de rentrer se coucher. Je ne vais pas tarder à faire de même, dès que le gratin de courgettes sortira du four.

Le mois de mai en Finlande commence toujours avec un jour important. Ce premier Mai est un jour férié et une Fête des travailleurs mais aussi dans les pays nordiques une Fête des étudiants. On appelle cette fête "VAPPU".

Oui,
c'est vrai qu'ici on garde encore l'illusion sur l'importance du
baccalauréat qui jadis signifiait le passage dans le rang des personnes
instruites et cultivées. De nos jours l'obtention de ce grade ne donne
plus le même auréole de gloire mais tous les bacheliers sont quand même
tenus de flanquer leur petite casquette blanche sur la
tête et se promener avec l'honneur qu'un tel couvre-chef leur offre au
moins pendant une journée.

On
distingue ces personnes par leur habit – un overrol (comme un bleu du
travail) orné d'inscriptions ou d'étiquettes des entreprise qui les
sponsorisent comme en ce qui concerne les grands sportifs. Les
entreprises diverses peuvent alors supporter les activités des
étudiants.

L'une de leurs activités la vieille du Premier Mai consiste à poser une casquette énorme sur la tête de la statue de Havis
Amanda dans le port de Helsinki (au bout de l'Esplanade). D'autres
villes les suivent dans cette belle tradition mais ne possèdent pas une
aussi belle femme immortalisée par le sculpteur finlandais Ville
Valgren qui au début du 20ème siècle avait travaillé et étudié dans les
ateliers des maîtres français. Ne serait-ce pas une beauté française
que la statue de Havis Amanda représente?

ARauma il faut se contenter de la statue "Kanaalin Helmi",
la perle du canal qui se trouve dans le petit square entre la rue
Nortamonkatu et le canal pas loin du théâtre municipal et qui sera donc
"casquettée" vers 18h la veille du 1er Mai. Et traditionnellement on
verra aussi dans la matinée du 1er Mai les citoyens marcher en rangs
plus ou moins enthousiasmés pour la cause du peuple.

Les grandes
parties des travailleurs tiendront des rassemblements sur les places
publiques et il y aura toujours un qui prononcera un discours. On ne
voit plus beaucoup de drapeaux rouges mais on entendra certainement
quelques paroles sur la crise surtout par les temps qui courent. Pas de
muguet de mai ce jours-là comme en France puisque les muguets ne
fleurissent pas encore.

Le Premier Mai est aussi l'entrée dans le doux printemps. Et pour un éclairage finlandais sur ce que représente lce passage de saison, je me suis permise de copier ce texte de Riita, issue d'un Forum de Français en Finlande.

"Avril est le mois le plus cruel"… disait
T.S Elliot en 1922 dans un de ses poèmes. Il avait peut-être raison :
la nature se réveille mais découvre une terre dénudée de sa couverture
blanche qui la protégeait pendant l’hiver..

Nous les finlandais avons un combat à mener pendant ce mois-ci:
celui de survivre au printemps! Qui nous nargue et nous décoit tant de
fois encore alors que nous aurions tant besoin de la tendre caresse du
soleil printanier sur notre peau et notre coeur après cet hiver qui
nous a plongés dans une dépression durable. Le finlandais se transforme
tous les ans ; si l'hiver ne nous plonge pas dans la dépression, il
nous rend taciturnes, maladroits et solitaires. Le printemps devrait
donc opérer un autre tournant tout aussi douloureux : nous sortir de
cette raideur presque mortelle vers une vivacité de nouveaux-nés! Et
comme vous le voyez bien, nos chers amis francais – cela ne nous
réussit pas toujours… Est-ce donc vraiment une surprise si selon les
statistiques c'est au printemps qu'on se suicide le plus ?

C'est aussi une bataille silencieuse dans la nature.
Les premières petites fleurs courageuses poussent et les nuits froides
risquent de les détruire. Aujourd’hui nous ne savons plus rien des
règles de la nature… mais comme tout tend à changer à cause du
réchauffement de notre globe, nous en savons toujours moins.

Après
ces lamentations qui font partie de ma propre dépression printanière,
il faut vous dire que comme tous ces phénomènes de la nature (humaine)
finlandaise – celle-ci aussi se terminera par un rituel archaïque qui
nous délivrera de nos maux de saison pour nous laisser entrer dans la
saison suivante : le rituel de VAPPU, le Premier Mai. (Vappu correspond
à Valborg, une bonne soeur de la terre bavaroise qui fut déclaré sainte)

La fête des travailleurs et des étudiants est
la meilleure chose qui puisse nous tomber dessus à la fin du mois d'
avril – le dernier jours d'avril étant encore plus important que le
premier jour de mois de mai ! Astucieux ! Il n' y a que les scandinaves
qui aient trouvé ces usages supplémentaires pour le premier mai !
D'abord il faut expliquer qu'en raison de son caractère spécial de
grande fête des étudiants, ceux-ci commencent bien à temps les
festivités. On peut voir des étudiants habillés dans leur bleu ou blanc
de travail se promener en ville la semaine précédent la veille du
Premier Mai. Dans les familles on prépare le "Sima", une version
finlandaise de l'hydromel, déjà connue aux temps des Vikings pour
décupler les forces… ou supprimer la peur…

La veille du Premier Mai les
étudiants d'Helsinki mettent solennellement une immense casquette
blanche sur la tête de la belle statue "Manta" sur le marché du port de
la ville. Dans toutes les villes on voit les étudiants se promener avec
leur bouteilles de mousseux et certainement pas mal d'autres choses que
le "Sima" fait maison. Ceux qui arrivent à se tenir debout le lendemain
matin se joignent aux marches des partis de gauche et des ouvriers,
toujours coiffés de leurs casquettes blanches. Des personnes de tous
âges avec leurs casquettes de bachelier sortent ce matin-là avec leur
paniers de pique-nique et s' installent sur les pelouses des parcs pour
un brunch entre amis. La casquette est le symbole du bachelier et la
coutume veut que tous les titulaires du baccalauréat quel que soit leur
âge, portent leur honorable couvre-chef ce jour-là.

Alors nous voici enfin arrivés au seuil de l'été,
emportés par les anciennes traditions fondues dans les nouvelles sans
que nous connaissions vraiment toujours la raison profonde de ces
fêtes. Il y a bien longtemps, dans la Finlande agraire, les vaches
étaient lâchées au paturage et menées à travers les feux pour les
purifier des maladies, l'avoine était semée lorsque les premières
petites feuilles apparaissaient sur les bouleaux et on semait le lin
lorsque le merisier (à grappes) se mettait à fleurir… D'une certaine
manière, nous suivons toujours le rythme de la vie selon les saisons et
avons besoin de rituels similaires pour passer d'une saison à l' autre.
Pour conjurer le malheur et nous donner courage devant les défis à
venir…
"

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s