HYGGE, le bonheur simple

Hygge le bonheur simple

Le hygge (à prononcer « hugueu »). Cette quête du bonheur façon grand nord. Cette bouffée de moments précieux aux saveurs norvégiennes. Le concept a envahi nos intérieurs depuis la sortie du best seller « The Little Book of  Hygge » de Miek Wiking. Un art de vivre qui semble être LE nouveau graal. Tasse de chocolat fumant, plaid en laine, cheminée et bon film en famille… Vous vous projetez ? Du vrai « cocooning ». Une  philosophie de vie plutôt efficace, puisque la nation scandinave caracole depuis plusieurs années en tête des pays les plus heureux du monde. Le bonheur serait-il aussi simple qu’une bonne paire de chaussettes en laine ?

Et le HYGGE : c’est le thème du mois de Novembre des BelgoMums !
Lire la suite

Publicités

Oui, je savais…

Copy of Post blog #2-10.png

Que leur dira-t’on quand l’urgence ne sera plus que ce cri d’alarme émis par 15 000 scientifiques dans la revue BioScience, mais bien une réalité qui nous dépassera. Je ne savais pas ? Je n’y pouvais rien ? On se cognera sur les angles droits de notre conscience et on s’apitoiera sur notre sort. Eux nous regarderons. Ils ne comprendront pas. Ils nous jugeront sûrement. Comme nous avons développé une certaine rancoeur envers nos baby-boomers de parents. L’Industrie leur a vendu la démesure. Les parents de nos parents après avoir manqué de tout, ont voulu le meilleur pour leur progéniture. Le confort n’a pas de prix. Enfin si, et on le paye aujourd’hui. Lire la suite

Nom d’une frite !

Copy of Post blog #2-8.png

Vous connaissez mon amour des mots. Des bons mots. Ceux qui sonnent justes. Ceux qui donnent du plaisir aux oreilles et stimulent les synapses. Certes, trop souvent je les égratigne d’une lettre en trop ou manquante malgré mes efforts de relecture (sur le sujet Bescherelle Ta Mère). Mais restons sur ce que l’on entend des mots, et pas ce que l’on voit. Le français de Belgique est une langue fleurie comportant des expressions joliment imagées, que nous français nous ne comprenons pas toujours. En voici quelques-unes mises en situation par mes soins, à refiler à vos amis, avant leur visite au plat pays.

Lire la suite

Brève de métro #4

do not racuspote

Loi de Murphy

19h17 / RER D Gare de Lyon. 40 minutes pour arriver Gare du Nord. Il me restera ensuite 15 minutes de rab’ pour rejoindre le quai du train. Je suis large. Un RER passe, il est plein. Je prendrai le suivant. Un second le talonne. Plein lui aussi. Le troisième je le prends, quitte à jouer des coudes. Bien rempli mais jouable. Je monte d’un pas décidé. Merde ! Je suis dans le mauvais sens. Lire la suite

A travers les carreaux

Copy of Post blog #2-4.pngHier ça m’a sauté aux yeux. Pam ! Prise de conscience. J’ai réalisé que l’on était définitivement lié toi et moi. Pourtant, crois-moi, j’ai tout fait pour garder mes distances. Maîtriser notre relation. Faire en sorte qu’on ne s’accroche pas trop. Tu sais, moi et l’engagement… Quand on se voyait la journée, dès le soir on se séparait. Et inversement. Ton absence parfois, certes, me faisait cligner des yeux… Mais dans ma tête les choses étaient claires : tu ne t’installerais pas définitivement chez moi. Hors de question ! #Catégorique Lire la suite

Corps accord

Copy of Post blog #2-3.png

Ce corps. Le corps. Notre corps. Un tout, en perpétuel mouvement. En constante mutation. Le corps est-il une unité ? Parfois j’ai l’impression qu’on est plusieurs dans ce corps : lui, ses décisions, et moi. Cette machine domptable au prix d’efforts contants me fascine. Petit billet d’humeur (inattendu) sur 67 kg très personnels.

Pas à me plaindre

Ok J’annonce sans pudeur mes 67 kg parce que comme les ans qui passent, 67 kg ou 58 kg ne changeraient pas beaucoup la donne. Quelques joues en plus ou cm de cuisses en moins. Peut-être une aisance dans certains vêtements. Mais encore… J’avais écrit sur le sujet ici, expliquant que les kilos en moins ne faisaient pas pour autant le bonheur. Je le pense toujours. Lire la suite

Quand Serge mythonne

1.png

Une légende raconte que si tu veux balourder, si tu veux mentir, si tu veux mythonner, il n’existe qu’une seule technique fiable : raconter une histoire plus grosse que toi. Et c’est l’exercice de style que réussit à la perfection Serge. Parce que ce gars-là, si tu l’écoutes, c’est juste… une légende. A 36 ans à peine, il a tout vu, tout connu. Serge, c’est ­l’Indiana Jones d’Aubervilliers avec un T-shirt des Baltimore Orioles ; l’Hercule du « 9-3 » qui a accompli douze mille travaux en jean et baskets. Malgré sa bouille d’ado en mal de sexe,  et son allure de « skater-loser », Serge est un garçon magnétique qui attire les plus belles femmes. Il a emballé Rihanna et a largué l’actrice Scarlett Johansson car elle était trop «relou». Même Brad Pitt est tombé amoureux de lui… Serge le mytho, c’est cinq minutes de pure improvisation qui nous plongent dans un joyeux délire où seuls les bobards et les situations incohérentes ont du sens. Lire la suite

Camille : 3 fois OUÏ

Camille ouï Do not racuspote

Vous l’avez sûrement découverte avec Le fil, cet album intime sortie en 2005 que Camille avait tissé avec ses tripes et déroulé dans un souffle tendu, pour que ses mots fous dansent dessus. A l’époque cette direction artistique était complètement novatrice, cet album ne ressemblait à rien de ce qui se faisait en France. Gros crush pour cette artiste atypique depuis Le Sac des Filles. Tellement écouté ce fil, que j’en ai usé la trame. Tellement aimé, qu’il a soigné ma douleur et m’a permis de ne plus être assise (je suis partie voyager 2 ans portée par cette chanson #TrueStory). Tellement à mi-chemin entre le coeur et le cerveau, cet album. Depuis elle a continué son aventure au pays d’elle-même avec Music Hole, puis Ilo Veyou. Aujourd’hui elle nous livre un nouvel opus, très attendu, Ouï. Lire la suite

Brèves de métro #3

Copy of Post blog #2-15.png

Les oreilles tendues et les yeux grands ouverts sur mes congénères, je roule à toute vitesse vers Paris. Depuis la sortie des 2 premières éditions de Brèves de Métro (ici et ici), je ne vois plus ces va-et-viens ferroviaires comme des corvées mais comme des prises de tension de la société qui m’entoure. Pour cette fournée, c’est en moi que le métro a raisonné résonné. Lire la suite